Project Description

Nos parrains particuliers

Olivier Weil

« Très content de pouvoir agir pour les abeilles et la nature. La mise en place et l’accompagnement par l’association est de qualité…. on ‘sent ‘ des passionnés….. »

Marjolaine Gilliet

Marjolaine Gilliet est scénographe. Elle est fondatrice de l’association des tissus de Guelack. Elle a participé aux actions pour les haies de Glaine et contre le centre d’enfouissement de Billom.
Marjolaine est une militante inconditionnelle et active pour l’environnement depuis 30 ans.

Marie Alaves

« Mère de 2 grandes filles , enquêtrice au laboratoire d’epidemiologie et de santé publique, mais surtout écologiste convaincue dès les années 80, il me semblait naturel de participer au projet d’Apiterre : un petit geste pour les abeilles = un grand pour l’environnement ! »

Martin Werckmann

Martin Werckmann, Co-fondateur d’Aquatiris et d’Ecoterre est également directeur bénévole d’Aquaterre. Martin a eu ses premières abeilles à 14 ans, l’apiculture est une seconde nature et les abeilles des animaux de compagnie.

Albert Werckmann

Albert Werckmann, est Médecin Psychiatre. Il est fondateur du foyer de Ruzière, de l’éco festival et du restaurant bio de Bourbon. Depuis 20 ans Albert s’occupe d’abeille en biodynamie.

Georges Muller

Georges Muller est Médecin gynécologue obstétricien professeur des hôpitaux de Caen en retraite.
Georges est préoccupé par les abeilles. Il a à plusieurs reprises installé des ruches sur le terrain de sa maison dans la clairière de la Beimbach sur la commune de Walschaid (57).

François Delalande

François Delalande est ingénieur de recherche au CNRS. Il est président de l’association Aquaterre et membre fondateur en 2001. « Quand j’étais jeune et que je partais en vacances, chaque arrêt dans une station-service était l’occasion de nettoyer le pare-brise littéralement moucheté d’insectes. Est-ce parce que les voitures sont si performantes aujourd’hui que les moucherons et autres insectes ne s’y collent plus ? Où est-ce simplement qu’il n’y en plus autant qu’avant ? C’est malheureusement la seconde solution la plus vraisemblable. Notre mode de vie a entrainé ce déclin impressionnant. Il en est de même pour les abeilles même si c’est moins visible.

Ce projet de renaturation, de réimplantation de colonie résistantes et robustes, de redynamisation de la diversité génétique des abeilles par un maillage du territoire est un beau projet sur le papier. Si chacun y met un peu du sien, si nous arrivons à fédérer plusieurs dizaines d’entreprise et de particuliers, alors peut-être que l’histoire deviendra réalité. Par nos parrainages, nous leur offrons un foyer sans attendre de miel en retour. En les sauvant, nous nous sauvons aussi. »

Georges Reeb

Georges Reeb a fondé l’Atelier Reeb, bureau d’étude pionnier dans l’assainissement végétalisé et qui a proposé dès 2012 des ruches aux exploitants de stations d’épuration pour favoriser la biodiversité. Georges est également intervenant à la formation d’agriculture biodynamique et engagé dans l’association des Enfants de Tchernobyl Belarus.